AccueilSociétéLe Baptême

LE BAPTÊME

Une fois après la délivrance de l’enfant, il est lavé soigneusement par l'accoucheuse. Qui est une vieille femme avec une eau dite nouvelle prise par une calebasse neuve dans un court d’eau ou dans un puits.

Après l’accouchement, la femme et son enfant doivent séjourner dans la chambre de sa belle-mère où ils doivent rester pendant une semaine pour que le cordon ombilical cède, en plus au Khasso, les clans de Sidibé ne doivent pas apercevoir une femme nouvellement accouchée (Jibato) Leur sortie est marquée par le baptême de l’enfant, c’est à dire le huitième jour de sa naissance.

D’ici là, les parents et proches sont informés de la date du baptême.      

Comme dit la religion musulmane la plus part de baptêmes sont célébrés selon le livre sacré (Le CORAN).

Le jour du baptême, tôt le matin en présence des parents, amis,  proches et voisins l’enfant est baptisé.  Chacun d’eux emmène soit un cadeau en nature ou en espèces (savons, pagnes, argent ou vivre).

L’enfant portera deux prénoms :

L’un Coranique, il est selon le jour de sa naissance.

Les prénoms Coraniques : selon le Qu'tab: Kutubati Douahy Walady

    - Le Lundi ( Yoma Lesnini ) si l'enfant est un garçon il sera baptisé Mohamed, Ibrahima, Issiaka, Yacouba, ou Djibril,

        Si c'est une fille elle sera: Alimatou, Adiaratou, ou Mariatou

    - Le Mardi ( Yoma sulsa )  s’il est un garçon : il sera : Moussa, Harouna, Youssouf, Hondy ou Souhaï

        Si c'est une fille, elle sera : Maïmouna, Mariatou, Maratou ou Diariatou.

    - Le Mercredi ( Yoma Larbayi ) s'il est un garçon, il sera nommé : Djibril, Minkaïlou, Souhaï, Djakaridia, Yaya, ou Yssa.

        Si c'est une fille elle sera nommé: Habibatou, ou Salimatou

    - Le Jeudi ( Yoma al Xamissa ) l'enfant, s'il est un garçon, il sera : Al'Hassana, Lassana, ou Souhaï,

        Si c'est une fille elle sera : Awa, Aminata, ou Rokiatou

    - Le Vendredi ( Yoma al djoum ati ) le garçon sera nommé : Adama, ou Younoussa,

        Et la fille portera un seul nom: Fatoumata Bintou Arasouloulaye ( la fille du prophète Mohamed ).

    - Le Samedi ( Yoma Sibitou ) le garçon se nommera : Abdoul Karim

        Et la fille : Djénéba, Rokiatou ou Adama

    - Le Dimanche ( Yoma Al hady ) le garçon sera nommé: Aboubakary, Ousmane, ou Souleymane;

        La fille sera nommée Kadidiatou, Adiaratou ou Mariatou

Ces Prénoms sont exigés à tout musulman.

L’autre : Le prénom familial : sera celui d’un parent du père si l’enfant est la première ou la seconde naissance de la femme, la troisième naissance portera le prénom d’un parent de la mère. Ce mécanisme est continuel tant que la femme  continue à faire des maternités. Tous les enfants porteront le nom familial de leur père. Par exemple : DIALLO, SISSOKO…Il est à noter que certains noms sont fonction du genre : Sissoko est masculin  et son genre féminin est Sakiliba ou Damba, Traoré ou Dembélé = Dansira, Konaté = Soucko,   Dangnoko= Damba etc.

Le prénom n’est pas  choisi par le père de l’enfant à lui seul mais décidé par le conseil de famille, si le choix devient litigieux, ils procèdent à un tirage au sort. Si par coïncidence un étranger arrive juste au moment où la femme accouchait; S’il demande qu’on lui donne le soin de baptiser l’enfant, le jour du baptême il portera le prénom de l’étranger ou un de ses parents.

Le baptême des  enfants nés des filles non mariées  est très pragmatique. Il est baptisé sans aucune festivité et ni à la présence d'un marabout. Son père n'a aucun choix  pour le nom et le prénom, mais décidés par ses oncles. Ce genre d’enfant est dit  des bâtards, ils porteront le nom familial de leur mère et le prénom est souvent aléatoire, soit on lui donne le prénom naturel, c'est à dire le nom coranique, ou soit celui d'une personne peu importante de sa mère. Appelés Barin-Soto (propriété des oncles) leur éducation et tous ceux qui s’ensuivent dépendent de leurs oncles (Les frères de la maman).

Pour certaines familles khassonké on s’abstient à baptiser l’enfant sans raser sa tête pour la simple raison que la chevelure de naissance lui protégera contre les maladies et esprits maléfiques. De ce fait il est rasé après avoir appris à marcher un an au plus tard

Le prénom ainsi choisi par les parents  est communiqué à  la vieille femme qui doit raser la tête du nouveau-né. Elle est appelée LADA MUSO. Les prénoms sont soufflés (KUNDU KURU suivi du prénom choisi)  trois  fois dans les oreilles de l’enfant (KOUNDURU LO). Le griot à son tour répète à haute voix pour informer tous ceux qui sont présents. En même temps le bélier est aussitôt égorgé comme le premier sacrifice de l’enfant.